Yves et Polo Yves et Polo

Ce 1er janvier 2008, Yves nous a quitté, pour de bon cette fois.
Sept ans plus tôt, et suite au décès d'un autre "grand ancien" du Club, notre président d'alors, Lucien Boulanger, lui avait consacré un article dans notre revue, Braquet 22.

N.B.: la caricature de droite est également de Lucien Boulanger.

J'ai rencontré                
                un fantôme ...

Yves réssuscité Yves réssuscité

Quelle aventure ... A la suite de l'hommage rendu à Pol Roland où je disais "Jespère mon vieux Polo que tu es au paradis des cyclos à côté de tes potes Yves et Léon", j'ai fait un rêve étrange. Polo m'est apparu et m'a tenu les propos suivants: "Lucien  ... comme tu t'en doutes, je suis effectivement au paradis depuis plus de six mois. J'y ai vainement cherché l'ami Yves. Ce bon Saint Guidon m'a rassuré. Il le voyait toujours sur terre, dans une grande maison et entouré de 80 femmes ..."

Il y a eu tellement d'informations contradictoires à ce sujet, qu'une fois pour toutes, j'ai voulu en avoir le cœur net et j'ai fait ma petite enquête. Il y a de vieux réflexes qui refont surface.

Le hasard a voulu que je rencontre une ex-voisine d'Yves. Elle m'a confirmé qu'il se trouvait bien dans une maison de repos à Dison.

Après de sérieuses vérifications d'usage au terminal population et, n'y tenant plus, avec Jean GEORTAY, nous nous sommes rendus sur place afin de nous rendre compte de visu de cette étonnante information.

A ce moment-là, dans mon esprit, les derniers doutes étaient dissipés, mais en entrant dans sa chambre, j'ai quand même accusé un sacré choc, car Yves ayant forci de 13 kilos, je ne l'ai pas reconnu d'emblée. Mais c'était bien lui. Il était heureux de revoir des gars du club et vous devinez la suite de cette histoire rocambolesque.

Après moult hésitations, Jean s'est décicé à lui compter le but de notre visite. Le gag de l'année, comme il l'a intitulé, l'a bien fait rire et, fidèle à son humour légendaire, il a conclu par cette phrase propre à Robert LAMOUREUX:
"Et oui, mes amis, le canard est toujours bien vivant".

Yves Godinas Yves Godinas

Lorsqu'on pense à tout ce que son ami Claude Lina a fait pour lui rendre hommage et à notre spéciale Yves GODINAS, on peut effectivement parler de fameux gag.

La confusion est née du fait qu'un certain Yves GODINAS, son homonyme, est décédé dans la maison de repos de Tilff où d'ailleurs notre ami Yves n'a jamais mis les pieds. Lors de la parution de l'avis de décès dans la presse, on a propagé, un peu légèrement, la nouvelle sans s'informer outre mesure.

C'est une histoire qui se termine on ne peut mieux, puisque notre ami se porte très bien (à part quelques problèmes mécaniques aux genoux et à une hanche) et que, paraît-il, ce genre d'aventure porte chance et prolonge la vie de 10 ans.

De plus l'abbé QUICK, comme vous l'aviez baptisé, a pris pension dans une des plus belles maisons de repos de la région, à Dison : la maison de repos du Couquemont .

Les anciens se souviennent qu'Yves était tombé amoureux de la côte du Rosier qu'il escaladait sur le grand plateau, tout en danseuse, ce qui m'avait inspiré cette caricature.

Il était le grand animateur de nos barbecues de fin de saison et qui ne se souvient de cette fameuse sortie où il menait le peloton affublé d'une soutane. Ce qui fit dire à cyclo étranger au groupe: "Est-ce bien un vrai curé "

L'Abbé QUICK L'Abbé QUICK L'Abbé QUICK L'Abbé QUICK

S'il ne s'épuise pas à courir après toutes les femmes qui gravitent autour de lui, on peut espérer, pour lui, une très longue vie.

Tous ces rebondissements ont beaucoup bouleversé Claude LINA, et on peut le comprendre aisément. Toutefois, Claudy, les regrets sont superflus, puisque tu as prouvé une fois encore que tu avais du cœur et, qu'au-delà de toutes ces péripéties, nous retrouvons un ami.

Lucien Boulanger

Le testeur de cyclo Le testeur de cyclo


In Memoriam ... Yves Godinas